Communauté de communes du Nord Champenois

Vous êtes ici

Histoire - Patrimoine

 

Le cimetière militaire allemand de Loivre ( Marne )

 

Le cimetière allemand de Loivre est situé en pleine campagne au nord-ouest de Reims, un peu à l’écart du village.

Ce sont 4149 soldats qui y reposent dont 2236 en tombes individuelles et 1913 dans un ossuaire.

C’est dans cet espace qu’ont été inhumés Wilhem Schilchting et Fritz von Zangen dont l’Aviatik a été abattu par les aviateurs français Joseph Frantz et Louis Quenault, qui ont intercepté l’appareil ennemi dans le ciel du pays rémois et l’ont terrassé près de Jonchery-sur-Vesle le 5 octobre 1914, ce qui a constitué la première victoire aérienne au monde.

Ce cimetière a été octroyé par les autorités françaises dès la fin de la Première Guerre mondiale puis il a été aménagé en 1929 par l’Association pour l’entretien des cimetières allemands qui a fait remplacer les croix de bois par des croix métalliques en 1976.

Loin des routes, ce lieu de mémoire reste assez méconnu.

Pour s’y rendre depuis Reims ou Laon il suffit de prendre la nationale reliant les deux villes et de tourner au rond-point du carrefour de Loivre pour se diriger vers le village puis prendre la direction de la mairie. Juste après au carrefour, il suffit de tourner à droite, de franchir le canal de la Marne à l’Aisne puis de prendre un chemin de terre sur la gauche sur deux kilomètres pour arriver au cimetière.

 

Un peu d'histoire.....

Eugène-Louis DE BIGAULT de GRANRUT (1828-1894) qui épousa, en 1859, Isabelle DE BOULLENOIS de SENUC (1838-1908), et son frère Gabriel-Alfred DE BIGAULT de GRANRUT (1827-1904) prirent la décision d’éteindre une partie des fours de la vallée, du Four de Paris à Les Islettes, en Argonne, devenus peu rentables et de délocaliser leur activité à Loivre.

Leur sœur Marie-Emilie DE BIGAULT de GRANRUT était mariée à Marie-Charles-Auguste Ruinart de Brimont dont les ancetres étaient originaires de Loivre1. En, 1853, ils se portèrent acquéreur du domaine des Fontaines, à Loivre, château et fermes et édifièrent en bordure du canal de l’Aisne, une verrerie pour répondre au marché des bouteilles de Champagne. Leur beau-frère Henry de Boullenois les rejoignit. Avec des millions de bouteilles, produites chaque année, elle fut rapidement célèbre et rentable. Dès, 1855, la verrerie Granrut frères occupe un stand à la première exposition universelle de Paris. Eugène est mort en 1894 à Loivre, au château des Fontaines et inhumé dans le cimetière des Alleux dans les Ardennes où il avait acheté le domaine de Maison-Rouge. Sa tombe fut transférée ensuite à Senuc le pays de son épouse. Charles Marie Joseph Albert Louis Comte DE BIGAULT de GRANRUT succéda à son père et repris le titre de Maître verrier, d’abord en société avec sa mère et sa sœur Lucie Marie Gabrielle Angèle DE BIGAULT de GRANRUT (1862-1942) , puis seul à partir de 1899. Il épousa en 1892 Paule Charlotte Henriette DE PUGET de BARBENTANE de CABASSOL DU REAL (1865-1936) et habitèrent le château des Fontaines à Loivre et le Four de Paris. Sa sœur Lucie, qui avait épousé Maurice Guy Marie GAUTIER de CHARNACE (1857-1923) habitait le château d'Aulnois à Aulnois-sur-Seille.

En 1919, après l'Armistice, la commune totalement dévastée, comme les communes voisines (Courcy, Brimont, Bermericourt et Cormicy), est classées en zone rouge.

Entièrement détruite pendant la Première Guerre mondiale, Charles de Grandrut n'ayant pas l'intention de reconstruire la verrerie de Loivre. M. Givelet lui racheta le fonds de commerce et les dommages de guerre afférents. La société pris le nom de "Verreries de Courcy et de Loivre réunis - Givelet et Cie". La sucrerie fut aussi détruite pendant la Première Guerre mondiale.

Visitez les autres communes composant la CC Nord Champenois